Femme moderne, esprit indigène

L'histoire derrière Laurence Moniasse Sessou tatouages ​​et scarification

Photographie et direction artistique – Josh Brandao / Modèle – Laurence Moniasse Sessou / Mots / Histoire – Laurence Moniasse Sessou et Alice Snape / Illustrations et ensemble de vinaigrette – Katerina Samoilis / Style – Olivia Snape / Maquillage et coiffure – Anna Wild avec Nars / Septum Ring – Studio Lil Art et Design / Boucles d'oreilles – Manaka fait main / Merci à India Ame ‘Ye’

Dès mon plus jeune âge, j'ai toujours été fasciné par l'art corporel, tout ce qui semblait un peu interdit et bizarre, je fais attention. J'ai toujours été un rêveur et j'aurais souvent des ennuis pour ne pas me conformer et être différent (principalement de mes pairs du quartier). J'ai grandi dans une petite ville de France appelée Evreux. Ce n'était pas facile d'être un adolescent, j'ai connu pas mal d'intimidation en grandissant.

J'ai toujours été fasciné par l'art corporel, tout ce qui semblait un peu interdit et bizarre

Je suis venue à Londres pour la première fois en 1999, à l'âge de 20 ans, pour rendre visite à ma sœur. A partir de ce moment, j'ai su que je devais revenir à ce sentiment de liberté. Londres était si grande et désordonnée, mais je savais que je pourrais me retrouver dans ce gâchis. Un an plus tard, en 2000, je suis revenu, soi-disant, pour un an pour apprendre l'anglais – mais je n'ai jamais regardé en arrière. J'ai obtenu mon diplôme en 2007 avec une Bsc Natural Therapeutics (thérapie corporelle et neuromusculaire) de l'Université de Westminster. Je pratique depuis plus de huit ans maintenant et j'occupe deux cabinets occupés à Londres.

Pendant mes études universitaires, j'ai commencé à voyager, la Thaïlande a été mon premier grand voyage – j'ai été émerveillée par la culture thaïlandaise et, bien sûr, le tatouage en faisait partie. Une de mes amies à l'époque s'est fait tatouer la jambe entière, je pensais que c'était fou. J'ai adoré, mais je n'ai jamais pensé que ce serait ma tasse de thé. Cette idée d'avoir quelque chose en permanence sur mon corps m'a fait peur. Mais en voyageant davantage à travers le monde, je suis devenu plus ouvert à beaucoup de choses, y compris la spiritualité et le marquage corporel. Mes premiers tatouages ​​étaient deux petits ankhs sur mes poignets. J'avais 21 ans à Londres à l'époque. Ensuite, j'ai fait un autre voyage en Thaïlande et j'ai décidé de
une fée sur mon épaule droite, c'était une fée africaine qui ne ressemblait plus à une fée après quelques mois. J'avais commencé à perdre un peu de poids et son visage a disparu.

J'aime les fleurs. Ils sont beaux, féminins – j'adore leur façon de faire face au soleil

Je suppose que le grand déclencheur de ma transformation a commencé au Mexique, lorsque je suis allé à Palenque pour la première fois. C’est là que j’ai rencontré la tatoueuse Sanya Youalli, et nous avons discuté. J'étais à l'origine juste là pour voir son travail, mais notre conversation s'est terminée par commencer à décorer mon bras gauche avec des fleurs et des spirales. J'aime les fleurs. Ils sont beaux, féminins – j'aime juste leur façon de toujours faire face au soleil, j'aime me voir comme une fleur et toujours regarder et marcher vers la lumière. J'adore la chaleur et la façon dont le soleil embrasse ma peau. Les spirales symbolisent l'infini, cet océan d'opportunités qui ne finit jamais. Je pourrais avoir mon corps couvert dedans, je ne me vois pas tomber amoureux de ces symboles. Sanya et moi sommes devenues des amis proches, nous sommes comme des sœurs, chaque fois que je vais au Mexique, elle continue de travailler sur mon bras et quand elle est venue à Londres pour la convention de tatouage, l'année dernière, elle est restée chez moi et nous avons continué.

8I6C8404

Ensuite, je cherchais un autre artiste pour couvrir mon bras droit, Sanya avait commencé à faire une sorte de travail de retrait pour la fée, mais nous n'avons pas eu la chance de le couvrir complètement. Je savais que je voulais qu'il soit couvert dès que possible, alors j'ai cherché un autre artiste. J'ai trouvé Touka Voodoo au studio Divine Canvas – encore une fois, c'était une connexion instantanée. J'ai adoré son travail, alors Touka a recouvert mon épaule droite et nous avons continué sur le thème des fleurs et des spirales – j'ai maintenant une manche pleine. J'ai également rencontré Iestyn à Divine Canvas, je connaissais le genre de travail dans lequel il était spécialisé: la scarification et les piercings. Je me souviens avoir pensé à moi-même: "Qui sur terre à cet âge voudrait vivre cela?" Il a proposé de pratiquer la scarification sur moi car il n'avait jamais travaillé sur la peau noire / africaine auparavant. Je lui ai dit: «Pas question! Tu ne me couperas jamais la peau, jamais! »

Environ un an plus tard, je traversais quelques changements dans ma vie et ma pratique spirituelle a commencé à devenir plus importante. J'ai d'abord voulu me tatouer le dos avec quelques symboles de mon chemin spirituel, j'en ai parlé à ma sœur et elle pensait que mon teint était si beau, si je me tatouais le dos, mon travail au bras disparaîtrait. C'est alors que l'idée de la scarification m'est venue. Je pensais que ce serait une façon d'embrasser ma pratique spirituelle, ainsi que mes racines tribales africaines. Un jour, je suis allé voir Iestyn, nous avons discuté de la conception et nous avons commencé. Iestyn me connaissait depuis environ un an et il comprenait mon parcours et d'où je venais – je lui faisais entièrement confiance, il était absolument incroyable.

8I6C8362

La signification des symboles – la croix au milieu est la croix sacrée «  Chakana '' où le feu de la vie brûle, les quatre flèches qui l'entourent représentent les quatre nations et les quatre directions, les fleurs symbolisent la beauté et la féminité, les spirales symbolisent l'infini et les points pour leur simplicité et leur beauté. Pour moi, c'est comme porter mon rêve dans mon dos: les quatre nations profitant du feu de la vie ensemble aux quatre coins du globe, en beauté et en harmonie les unes avec les autres et avec la nature… Cela semble un peu rêveur, mais c'est le vérité. Je vis pour voir un monde meilleur et devenir une meilleure personne.

La scarification a été très difficile, en particulier la guérison – c'est un processus long et douloureux. Je n'ai pas pu dormir sur le dos pendant plus de sept mois. Lorsque les chéloïdes se forment, elles provoquent de fortes démangeaisons. La réception de la cicatrice n'était pas aussi mauvaise qu'on pourrait le penser, bien sûr, vous la ressentez comme la première coupure se fait sans anesthésie, mais il n'y a pas d'autre moyen de la traverser, vous devez ressentir et transcender la douleur – et c'est une belle sensation. J'étais très haut à la fin, me sentant surhumain.

Je ne pensais pas que la cicatrice allait augmenter autant, je pensais que j'aurais un design très discret sur le dos, mais mon corps a décidé comment ça allait se passer et je l'aime! C'est assez audacieux et choquant pour certaines personnes, mais je m'en fous vraiment, le voyage et l'histoire derrière ce dos en valent la peine.

La scarification thoracique a également été réalisée par Iestyn et filmée en direct par Nick Knight en mai 2013, elle était censée être utilisée pour un clip, mais ce n'était pas à la fin. Mais, hé, j'ai été payé pour avoir une belle œuvre d'art corporel sur ma poitrine et j'ai eu l'opportunité incroyable de travailler avec un génie comme Nick Knight. C'était un rêve devenu réalité.

8I6C8293

Je ne savais pas à quel point j'allais ressentir de faire cette séance photo pour The Modification Issue en utilisant des photos de ma famille, y compris ma mère et mes grands-mères. J'ai commencé à avoir les larmes aux yeux, parce que je sais à quel point ces femmes sont puissantes et courageuses et je connais la lutte qu'elles ont connue dans la vie et au travail. Ils ont respectivement amené ma mère et mon père, et ma maman m'a amené dans ce monde. Je me sens profondément reconnaissant et fier d'être le fruit de leur vie, je sens qu'ils vivent toujours à travers moi, et mes neveux et nièces, ils sont éternels. Et j'espère que d'où qu'ils soient, ils veillent avec fierté, leur vie sera toujours célébrée.

L'histoire de Laurence a été publiée pour la première fois dans le magazine Things & Ink, lorsque nous étions imprimés.

Tatoueur Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *