Illustration d’Alice Needham

L’illustratrice indépendante basée à Leeds, Alice Needham, crée des œuvres d’art aux couleurs vives, aux lignes détaillées et aux styles graphiques. Alice a également créé cette belle femme tatouée juste pour nous, continuez à lire pendant que nous lui parlons de son incroyable collection de tatouages ​​et de l’art qu’elle crée …

Pouvez-vous nous parler de vos tatouages, avez-vous un artiste préféré ou préféré? Je ne sais pas combien de tatouages ​​j’ai ces jours-ci, mais j’ai encore beaucoup d’espace à remplir, j’ai toujours des idées pour ce que je veux ensuite. Une grande partie de mes tatouages ​​a été faite par les gens adorables d’Easy Tiger à Leeds, je vais chez Lucy O’Connell depuis que je me suis fait tatouer pour la première fois et c’est l’artiste qui a fait ma manche botanique et l’énorme baleine sur ma cuisse que nous appelons Susan.

J’ai deux pièces de blackwork sur mes tibias par James Butler de Lord of the Rings et The X-Files et un caméléon que j’ai fait pour ma mère par Barney. Je pense juste que ce sont tous des gens incroyables et vraiment gentils, Easy Tiger est définitivement mon studio préféré. Toutes les personnes que j’ai tatouées sont fabuleuses et je les recommande vivement toutes pour leurs styles individuels; Nat Hues chez The Aviary, Luke, Collette chez Snake and Tiger, Lucy chez Cobra Club, Joshy chez Rose and Thorn, Hannah chez Rose and Thorn et je dois donner une mention spécifique à Chloé qui a fait la pièce de Van Gogh en haut de mon bras, je l’ai sortie de sa zone de confort et elle a fait un travail incroyable!

Quand as-tu commencé à te faire tatouer? Quelle a été votre première? C’était mon 18e anniversaire que j’ai eu mon premier tatouage et cela faisait partie de ce qui compose maintenant la manche sur mon bras gauche tout fait par Lucy O’Connell. J’ai fait tout mon avant-bras intérieur, c’est une pièce florale avec un coquelicot, une rose et des myosotis. J’ai toujours voulu me faire tatouer et j’ai réservé un an à l’avance avec Lucy pour mon anniversaire avec cette idée parce que je la suivais depuis si longtemps. Il cache les cicatrices d’automutilation de mon adolescence et me rappelle ma croissance.

Je déteste quand les gens demandent ce que signifient les tatouages, mais je dirais que mon premier est probablement le plus significatif, j’ai toujours eu l’habitude de dire qu’il est inspiré de la citation d’Edvard Munch, «  De mon corps en décomposition, les fleurs pousseront et je suis en elles et c’est l’éternité.

Les tatouages ​​ont-ils affecté votre perception de vous-même et de votre corps? Le fait d’avoir des tatouages ​​m’a aidé à aimer mon corps, j’aime être une œuvre d’art ambulante et que je peux montrer tant d’histoires différentes à travers ma peau. Ils me font juste me sentir plus à l’aise même s’ils attirent parfois une attention indésirable, cela me fait généralement rire.

Qu’est-ce qui inspire vos illustrations? Comment décririez-vous votre style? J’ai toujours été intéressé par l’illustration mais je suis allé à l’université pour faire des Beaux-Arts qui m’ont éloigné des méthodes traditionnelles de création artistique, ce n’est que dans ma dernière année que j’ai commencé à faire mon travail d’illustration du côté où je suis vraiment revenu. dans ça. J’ai tendance à m’inspirer de ce qui se passe dans le monde, du féminisme et des représentations du corps, mais j’aime aussi tout ce qui a trait aux illustrations botaniques et au travail de tatouage audacieux.

J’ai toujours voulu entrer dans l’industrie du tatouage et c’est devenu ce qui me semble un peu une chimère, je pense que c’est pourquoi j’aime créer un travail qui s’inspire du tatouage mais avec mon propre style qui fonctionne pour l’illustration . Je dirais que mon style est brillant et audacieux avec un travail de ligne détaillé, j’ai tendance à travailler dans une gamme de styles en fonction du client ou de ce qui fonctionne le mieux avec une idée.

Quel support utilisez-vous? Comment créez-vous chaque pièce? Je travaille principalement numériquement via Procreate, cela offre simplement la liberté de pouvoir travailler partout où j’ai besoin et il n’y a aucune limitation. Je travaille occasionnellement à la plume et à l’encre mais cela fait longtemps que je ne l’ai pas fait! La plupart du temps, quand il s’agit de créer, j’ai juste une idée qui me vient à l’esprit, généralement si j’ai vu quelque chose qui m’a inspiré.

J’ai tendance à faire un croquis rapide pour avoir une idée approximative de ce que c’est, puis à m’appuyer sur les détails au fur et à mesure, je pense que je suis assez méthodique avec cela et j’aime utiliser des couleurs complémentaires même si elles ne sont pas réalistes à ce qui est dépeint. Si je travaille sur une commission, je suis le brief du client de la même manière.

Quel message espérez-vous partager avec votre travail? Ou y a-t-il une force motrice derrière ce que vous créez? Je pense qu’une grande partie de mon travail est un peu amusante et que c’est quelque chose pour égayer leurs espaces. Bien que beaucoup de mes pièces aient une position politique ou sociale à leur égard, ce que je trouve important.

Faites-vous des commissions? Où les gens peuvent-ils acheter votre art? Oui! Je prends toujours des commissions et la meilleure façon de me commander est de jeter un œil sur mon site Web puis de me donner un email. Je vends également actuellement mes impressions via Etsy.

Tatoueur Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *