Entretien avec Abigail Tonge

Nous adorons les tatouages ​​décoratifs de l'artiste blackwork Abigail Tonge, qui tatoue chez Ultimate Skin à Leeds. Habituellement, elle est incroyablement occupée à voyager, à visiter d'autres magasins au Royaume-Uni et ailleurs, mais pendant le verrouillage, elle a eu le temps de nous parler sur son style de tatouage et ses influences…

Depuis combien de temps tatouez-vous, qu'est-ce qui vous a inspiré pour commencer un apprentissage?

Je tatoue depuis cinq ans maintenant, le temps a passé et tant de choses ont changé tant sur le plan créatif que personnel. J'ai tendance à vivre ma vie à 100 mph, il n'y a jamais assez d'heures dans la journée.

Avant de me lancer dans le tatouage, j'étais diplômé de la mode et je travaillais dans l'industrie mais ce n'était évidemment pas pour moi. La vie créative m'a tellement manqué, j'ai passé beaucoup de mon temps libre à dessiner à la maison, dessinant principalement des dessins de tatouage et me faisant tatouer par divers artistes qui travaillaient dans des styles très différents. Par conséquent, pourquoi je suis couvert de toutes sortes, cela m'a vraiment aidé à mieux comprendre le tatouage et ce qu'il y avait à explorer.

À l'université, j'ai étudié la construction de vêtements, comment les gens les portaient et comment les dessiner, mais je pense que mes tuteurs s'ennuyaient à ce que j'incorpore des dessins liés au tatouage dans mon travail de toutes les manières possibles. J'ai même écrit ma thèse sur «l'histoire et la renaissance du tatouage au sein de ma génération», car j'ai trouvé des liens entre la mode et les tatouages ​​et j'ai trouvé cela si intéressant. J'aime l'histoire du tatouage, c'est fascinant et magnifique de voir comment tout est cultivé et adapté dans tous les aspects, depuis la norme technique des tatouages, l'équipement, le type de personnes qui les ont et les attitudes des gens envers le tatouage.

Dès l'âge de trois ou quatre ans, j'étais obsédé par le dessin. Je passais mes samedis hors de l'école à dessiner des copies d'illustrations de Beatrix Potter dans des livres. En vieillissant, j'ai commencé à remarquer des tatouages ​​sur les gens et je suis tombé amoureux. Le tatouage était un monde inconnu que je voulais découvrir mais je ne me suis jamais considéré comme suffisamment bon pour pouvoir le faire en tant que carrière.

Certaines personnes tombent dans le tatouage et partent de là, mais pour moi, ce n'était pas facile. Je suis fermement convaincu que dans la vie, tout ce qui vaut la peine d’avoir ou de faire, exige beaucoup de travail acharné et de persévérance!

Comment décririez-vous votre style, saviez-vous que vous tatoueriez toujours de cette façon?

Quand j'ai commencé à tatouer, j'ai fait un peu de tout, ce qui est super important lorsque vous débutez. J'ai travaillé en couleur et fait du blackwork jusqu'à ce que mes tatouages ​​commencent à évoluer naturellement avec mes intérêts pour le motif et mon amour de l'Asie; Oeuvres indiennes, polynésiennes, thaïlandaises, tibétaines. J'ai toujours su que je voulais me spécialiser dans le modélisme sous une forme ou une autre, je devais faire beaucoup d'adaptation, de recherche et de croissance avant de prendre la route que je voulais emprunter. Cela dit, vous n'arrêtez jamais d'apprendre et de grandir, j'ai encore un long chemin à parcourir mais j'adore ça! Si j'aurais pu aller dans n'importe quelle direction dans le tatouage, c'est à cent pour cent où se trouvent mon amour et ma passion. Je décrirais mon travail comme un travail ornemental complexe et audacieux.

Qu'aimez-vous tatouer et qu'aimeriez-vous faire de plus?

J'aime vraiment tatouer n'importe quoi avec un poids de ligne lourd, même mélangé avec des groupes d'aiguilles plus petits pour créer des détails plus complexes; comme dans les designs d'inspiration thaïlandaise que je fais. J'adorerais faire des projets tibétains à plus grande échelle, dans des placements qui ne sont pas aussi génériques, comme de gros torses connectés au dos ou les deux jambes complètes. J'ai plein d'idées dans ma manche, les limites sont infinies! J'adore aussi tatouer dans un autre style, le blackwork floral. J'en ai fait beaucoup au cours de mes quatre premières années de tatouage. J'aime toujours entreprendre des projets floraux mais je préfère faire un travail à grande échelle quand il s'agit de ces concepts. J'aime ajouter des éléments noirs solides, mélangés avec des points et des sections négatives pour créer des différences de dégradé et de la profondeur.

Qu'est-ce qui inspire votre travail?

Je trouve l'inspiration dans tout ce qui a une origine culturelle! Motifs, motifs, broderies, peintures, bâtiments, temples et articles ménagers. Je m'inspire de tout, surtout lorsque je voyage dans d'autres pays. La vie elle-même est entourée de références et d'inspirations que nous ne réalisons pas toujours sont autour de nous.

Je me sens toujours tellement inspirée par les artistes que j'ai regardé depuis le début; Tomas Tomas, Guy Le Tattooer, Jondix, Thomas Hooper, Curley, Jack Peppiette, Mckenzie, James Lau, Aaron Anthony, Cal Jenks, Kieran Williams, Savannah Colleen, ça alors il y en a tellement plus!

Pouvez-vous nous parler de vos propres tatouages, comment vous sentez-vous? Affectent-ils la façon dont vous vous voyez et voyez votre corps?

J'ai commencé à me faire tatouer à l'âge de 18 ans (pour mon dix-huitième anniversaire pour être exact). Ce qui était populaire dans le tatouage en 2008 était très différent de ce qui est populaire maintenant. J'ai beaucoup de tatouages ​​néo-traditionnels lorsque j'ai commencé à me faire tatouer, j'ai des choses sur moi que je ne ferais certainement pas tatouer maintenant, mais je ne couvrirais pas ou ne retravaillerais pas la plupart d'entre eux car ils ne sont qu'un autre couche de qui j'étais et une fois adoré.

Rien dans la vie n'est cohérent, en tant que personnes, nous changeons et grandissons pour toujours, y compris nos goûts et nos intérêts. Je pense que je serais un gros camouflage si je continuais à changer les choses pour correspondre à ce que j'aimais à l'époque, en disant qu'il y avait des sections de moi où il y en avait et que je serais des camouflages alors que j'aime une bonne explosion. Comme sur ma poitrine, j'avais un script de poitrine vraiment «  scène '', des roses et des diamants réalisés quand j'avais 19 ans qui a maintenant une explosion de motifs noirs sur le dessus, j'aime à quoi ça ressemble comme vous pouvez voir les couches de formes, les ombres et les couleurs en dessous.

Je sais que j'ai un bon mélange de bons et de mauvais tatouages, je pense que c'est bon parce que cela vous fait les regarder d'une manière que nous pouvons apprendre ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, ce qui semble bon et résiste à l'épreuve temps et ce qui ne fonctionne pas sur différentes zones de la peau. Cela vous aide à être un meilleur tatoueur pour vos clients à mon avis.

Je porte fièrement mes tatouages, j'adore l'apparence des tatouages ​​sur la peau, d'où la raison de vouloir les créer sur le corps des autres.

Tatoueur Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *